Le recyclage va toujours plus loin !

This article is available in the following languages:

1 Près de 125 000 tonnes de déchets de PVC, parmi lesquels des profilés de fenêtres, sont recyclées tous les ans en Europe. Les produits recyclés sont utilisés sans problèmes pour fabriquer des articles destinés à la branche du bâtiment comme les profilés, les tubes et les tuyaux. Photo : Rewindo

Sur le plan technologique, le recyclage des plastiques ne pose aujourd'hui plus aucun problème. Il y a longtemps que le recyclage en interne s'est établi en long et en large dans toutes les branches. L'usine qui ne produit pas de déchets est une réalité chez les transformateurs de plastiques qui travaillent avec des matières premières pures. De même, les concepts de valorisation des déchets post-consommation deviennent de plus en plus sophistiqués ; les regranulés issus de ces déchets peuvent être utilisés sans problèmes à la place de matières vierges.

D'après l'association des producteurs de matières plastiques, Plastics Europe, la consommation de matières plastiques à l'échelle de toute la branche européenne s'est chiffrée à 47,8 millions de tonnes, dont près de la moitié, soit 25,8 millions de tonnes, a été à nouveau récupérée après utilisation. Au sein des 28 nations de l'UE prises en considération par Plastics Europe, et en comptant également la Norvège et la Suisse, les quotas de collecte diffèrent toujours énormément d'un pays à l'autre.

Si une interdiction de mise en décharge des déchets de matières plastiques a été instaurée entre-temps dans neuf pays, les parts de mise en décharge d'autres états restent toujours très élevées et atteignent même 70 % de l'ensemble des matières résiduelles collectées. Au total, près des deux tiers des matières résiduelles collectées en Europe sont entre-temps recyclés tandis que 30,8 % de déchets sont mis en décharge. Des restes de matières plastiques revalorisés, la moitié, soit 7,7 millions de tonnes, est soumise à son tour à un recyclage mécanique et le reste à un recyclage thermique.

Les polyoléfines en tête

Avec près de 9,5 millions de tonnes de PP, 8 millions de tonnes de PE-LD et de PE-LLD ainsi que 6 millions de PE-HD et PE-MD, les polyoléfines sont les matières plastiques les plus fréquemment utilisées en Europe sur le plan quantités ; à elles toutes, elles représentent quand même près de la moitié de la consommation totale environ. Dans la mesure où il s'agit de matières résiduelles pures, leur traitement se fait parfaitement bien et les entreprises spécialisées dans le recyclage des polyoléfines sont donc nombreuses.

2 La société Trenntechnik Ulm GmbH a monté à Memmingen une installation sur mesure destinée à la séparation chimique des films composites en PA/PE. Ce procédé et le recours à un solvant approprié permettront à l'avenir de récupérer aussi d'autres matières premières. Photo : Trenntechnik Ulm

La tâche est plus compliquée en présence de PE et de mélanges de PP car leur densité très similaire les rend difficiles à séparer. La séparation NIR est ici désormais une pratique courante. Le PE et le PP peuvent néanmoins aussi être retraités ensemble pour l'obtention de produits haut de gamme.

Recyclage PET, établi mais extensible

À peine 7 % de la consommation globale des matières plastiques ou près de 3,1 millions de tonnes de PET sont consommées par an en Europe, et la plupart entre dans la fabrication de bouteilles. Au total, le quota de collecte moyen du PET atteint 57 % dans les 30 pays de l'Europe. En 2014, 1,75 million de tonnes de déchets PET de post-consommation a été collecté. Jusqu'à ce jour, seules des bouteilles sont toutefois récupérée et elles sont généralement saisies dans de propres systèmes de collecte. Bien que l'objectif visé dès le départ était de rediriger les flocons de bouteilles récupérés vers la production de bouteilles, l'industrie a recherché et trouvé d'autres clients dans d'autres domaines. En effet, les flocons de bouteilles issus de la post-consommation offrent toujours plus d'intérêts pour les fabricants de films et feuilles notamment, à un point tel qu'ils ont utilisé la plus grande part de matières résiduelles collectées dans leur branche industrielle en 2014, soit 34 %. Près de 30 % des flocons ont été employés dans des applications de soufflage, 26 % dans l'industrie des fibres et le reste pour des bandes d'emballage et d'autres produits.

3 Pour beaucoup d'articles, comme les sacs poubelle par exemple, l'utilisation de produits recyclés est aujourd'hui déjà quelque chose de tout à fait normal, au même titre que le fait d'agir de manière responsable, tant sur le plan économique qu'écologique. Photo : Polifilm

« Les regranulés qui sont nécessaires aux applications de moulage par injection dans la fabrication de bouteilles et flacons neufs destinés à des produits alimentaires et non alimentaires sont actuellement produits en moins grandes quantités car les prix des matériaux vierges ont fortement chuté », explique Elfriede Hell, responsable de la division Recycling Technology chez Starlinger, un fabricant d'installations autrichien. Contrairement aux bouteilles usées, après leur utilisation, les coques et films étaient remis la plupart du temps à des centres de recyclage thermique ou même à des décharges. « Ici, un changement s'amorce depuis peu. Nous avons quelques clients qui s'intéressent plus spécialement aux projets de recyclage de barquettes et films », souligne Elfriede Hell .

Des quotas de revalorisation élevés pour le recyclage du PVC

Le recyclage du PVC s'est développé de manière très positive ces dernières années. Ce matériau aux excellentes propriétés mécaniques est à plus de 70 % indissociable de la branche du bâtiment notamment, mais aussi de la filière de l'emballage, des meubles et de la médecine. Les produits en PVC recyclés obtenus par voie mécanique sont notamment utilisés dans le domaine du bâtiment, par exemple sous la forme de profilés et de tubes, mais aussi dans le secteur du jardinage et de l'agriculture.

Les composites sont souvent perdus pour le recyclage

Alors que les produits de post-consommation en polymères purs peuvent être très bien traités, il en est autrement des produits composites constitués de deux matières premières ou davantage. C'est pourquoi Dr. Michael Scriba, directeur de mtm plastics, membre de Plastics Recyclers Europe (PRE) et de la fédération allemande des matières premières secondaires et de l'évacuation (bvse), réclame dès le départ un dessin apte au recyclage pour les emballages qui constituent une grande partie des déchets de post-consommation. Renoncer si possible à des matières de charge comme la craie dans les emballages en PE et PP, éviter des composites matière plastique et papier, ne pigmenter que de façon modérée et veiller à ce que la densité de tous les produits soit sensiblement en dessous de 1 g/cm3 afin que leur séparation par densité soit possible sont ici des aspects particulièrement importants.
4 Le fabricant d'articles moulés par injection Gies GmbH & Co. Kunststoffwerk KG de Niederaula fabrique des petites corbeilles de couleurs issues à 100 % de regranulés de PP fournis par la société DSD Resource GmbH de Cologne. La particularité des regranulés est leur reproductibilité et leur bonne aptitude à être teintés. Photo : DSD

La branche s'efforce en même temps de développer des concepts de recyclage pour les déchets mixtes. Une démarche très intéressante est poursuivie par la société Trenntechnik Ulm GmbH ; elle a développé un procédé de séparation chimique pour films composites PE/PA et mis sur pied une installation de production exemplaire, dont la capacité atteint 10 tonnes par jour.

Résumé

5 Pour son flacon en polyéthylène mis en forme par extrusion-soufflage destiné à du produit à laver la vaisselle, le fabricant de produits écologiques Ecover Belgium N.V. a recours à des déchets en matière plastique récupérés dans les océans par des pêcheurs. Photo : Ecover

Bien que tout le monde parle aujourd'hui du recyclage et qu'il soit mis en pratique dans de nombreux projets dans la branche des matières plastiques, les experts ne cessent de constater que, par rapport à d'autres branches, la quantité de matières plastiques usées utilisée à la place de matières vierges n'est pas suffisante. Il est vrai que la branche des matières plastiques est une filière jeune ; les matières plastiques sont largement répandues depuis les années 1950, les concepts de recyclage des matières plastiques usées datent des années 1990 et les systèmes de collecte ainsi que les possibilités techniques se sont depuis énormément développés. K 2016, le plus important salon du plastique et du caoutchouc qui se tiendra du 19 au 26 octobre à Düsseldorf, permettra aux visiteurs de se convaincre de ces nouvelles solutions techniques. De nombreux exposants présenteront des machines et des installations de traitement et de recyclage, pour les déchets triés mais aussi pour les déchets mixtes et les déchets de caoutchouc.

On peut donc partir du principe que les quotas continueront d'augmenter au cours des années à venir car l'utilisation de produits recyclés est très demandée, aussi bien du point de vue écologique que pour des raisons économiques. La « pollution marine », autrement dit les déchets qui polluent les océans, a révélé mondialement le comportement irresponsable de l'homme face aux déchets, principalement dans les pays émergents, et a encouragé les exigences d'autres consommateurs dans le sens d'une gestion durable des ressources. Les projets modèles comme la fameuse « Ocean bottle » représentent non seulement des exemples très intéressants mais aident à sensibiliser l'opinion publique et surtout les consommateurs à ce thème. Pour la fabrication de ces « Ocean bottle », la société Ecover Belgium N.V. a fait appel à des pêcheurs de Grande-Bretagne, de France et de Belgique, et leur a demandé de récupérer les bouteilles jetées à la mer. En l'espace d'un an, 10 tonnes de déchets ont été collectées ; leur fraction de PE après traitement a permis de produire des nouveaux flacons PE pour produit à laver la vaisselle.

Bureau de presse K 2019

Eva Rugenstein
(Abteilungsleitung)
Tel.: +49 (0)211 4560-240
Fax: +49 (0)211 4560-87240
RugensteinE@messe-duesseldorf.de

Desislava Angelova
(Sekretariat der Abteilungsleitung)
Tel.: +49 (0)211 4560-242
Fax: +49 (0)211 4560-87242
AngelovaD@messe-duesseldorf.de

Sabrina Giewald
(Sekretariat der Abteilungsleitung)
Tel.: +49 (0)211 4560-242
Fax: +49 (0)211 4560-87242
GiewaldS@messe-duesseldorf.de

Merci de nous faire parvenir un exemplaire justificatif en cas de publication!